Philippe Sarde - Rodin - BOriginal

AVIS DES INTERNAUTES

 

LINE UP

Philippe Sarde – Compositeur, Direction musicale
Dominique Spagnolo – Orchestration, piano
Howard Shelley – Piano
Michael Davis – Violon
Susan Monks – Violoncelle
Richard Lester – Violoncelle

PARTAGER
Philippe Sarde - Rodin - BOriginal

PHILIPPE SARDE

RODIN

Sortie : 19/05/2017
Format :
REF : BO-38
12 €

Résumé

La bande originale de Rodin est composée par Philippe Sarde. Film réalisé par Jacques Doillon, sorti en salle le 24 mai 2017.

Depuis plus de quarante ans, une collaboration étroite s’est établie entre le cinéaste Jacques Doillon et le compositeur Philippe Sarde, qui a signé en une trentaine d’années, les musiques des plus grands réalisateurs français.
Pour Rodin, Philippe Sarde a réuni une petite formation constituée de solistes (violon, piano, violoncelle) qui exécutent parfaitement une partition complexe malgré une apparente simplicité. Ce grand compositeur nous fait aimer sa belle musique en dessinant une œuvre délicate et envoûtante.

 

Videos

Bande annonce :

Bande originale :

En savoir +

SYNOPSIS

A Paris, en 1880, Auguste Rodin reçoit enfin à 40 ans sa première commande de l’Etat : ce sera La porte de l’enfer composée de figurines dont certaines feront sa gloire comme Le baiser et Le penseur.
Il partage sa vie avec Rose, sa compagne de toujours, lorsqu’il rencontre la jeune Camille Claudel, son élève la plus douée qui devient vite son assistante, puis sa maîtresse. Dix ans de passion, mais également dix ans d’admiration commune et de complicité. Après leur rupture, Rodin poursuit son travail avec acharnement. Il fait face et au refus et à l’enthousiasme que la sensualité de sa sculpture provoque et signe avec son Balzac, rejeté de son vivant, le point de départ incontesté de la sculpture moderne.

LE MOT DU COMPOSITEUR 

“Depuis plus de quarante ans, une collaboration étroite s’est établie entre le cinéaste Jacques Doillon et moi-même, initiée avec la première adaptation cinématographique du roman de Francis Joffo, Un Sac de billes.
Le réalisateur s’était montré de premier abord récalcitrant à toute idée de musique jusqu’au moment où le producteur Claude Berri réussit à le convaincre de me rencontrer.
Jacques Doillon qui partageait avec Robert Bresson une réticence viscérale pour toute forme d’accompagnement musical s’était montré intrigué de mettre à l’épreuve le seul compositeur qui était parvenu à faire infléchir les certitudes profondes du « maître » ; en effet, j’avais accompli l’exploit d’imposer de la musique sur Lancelot du Lac !
Dès lors, une complicité artistique et amicale s’est créée entre nous, jalonnée de films aussi importants et différents que La Pirate, La Tentation d’Isabelle, Le Petit criminel, Comédie!, Le Jeune Werther, La Puritaine, Ponette, Raja, Le Mariage à trois.
Si d’aventure, le réalisateur doutait de la pertinence de musique originale sur un de ses films, il ne prenait la décision définitive qu’après m’avoir consulté.
Après une parenthèse professionnelle de plusieurs années, Jacques Doillon entreprend un projet cinématographique ambitieux sur le sculpteur Auguste Rodin interprété par Vincent Lindon.
Sur ce projet, le cinéaste pressent spontanément la nécessité de l’apport émotionnel capital d’une musique originale.
Comme toujours, il m’appelle et, comme toujours, je me montre enthousiaste et volontaire pour l’accompagner dans cette nouvelle aventure créative.
En préambule, Jacques Doillon s’applique à me détailler le parcours artistique et humain du sculpteur; son succès tardif, son rapport à la matière, l’intimité profonde avec ses sujets, la sensualité extrême des oeuvres comme une extension minérale du geste, du regard, de l’esprit.
Il me dévoile que la constitution physique de Rodin était inversement proportionnelle à la stature massive et élancée de ses « créatures » .
Cette révélation a été la clé de ma composition pour l’ensemble du film : le labeur physique de l’artiste exprimé par des ostinatos énergiques et modulés; l’harmonisation, reflet de son mental torturé ; et enfin, le discours mélodique, champs de l’émotion, de la transcendence, et des aspirations.
Comme toujours dans les films de Jacques Doillon, j’ai réuni une petite formation, non conventionnelle, constituée des meilleurs solistes ; la perfection d’exécution s’avérant incontournable tant la partition est complexe malgré son apparente simplicité”. – Philippe Sarde

TRACKLISTING

01. Auguste Rodin
02. L’Atelier
03. Rose et Auguste
04. La Robe de Chambre
05. Victor Hugo et Balzac
06. Chez Camille
07. Dialogue avec le Visage de Camille
08. La Cathédrale
09. La Porte de l’Enfer

Philippe Sarde - Rodin - BOriginal

AVIS DES INTERNAUTES

 

LINE UP

Philippe Sarde – Compositeur, Direction musicale
Dominique Spagnolo – Orchestration, piano
Howard Shelley – Piano
Michael Davis – Violon
Susan Monks – Violoncelle
Richard Lester – Violoncelle